Retour sur les Journées Européennes du Patrimoine 2020 au Robillard

Ce samedi 19 septembre, des visiteurs ont été accueillis au Robillard pour une visite guidée de son célèbre château ainsi qu’une dégustation des produits de la ferme.

Pour une première, cette journée fut un succès : 70 visiteurs répartis sur la journée dans un strict respect des mesures barrières.

Cette journée fut aussi l’occasion de présenter le film « La sonnette » d’Armand Chartier – Les élèves au Robillard en 1966 et le tableau de SEGAL « Le forgeron de Jobourg et sa femme », cédé par M. Jay GOULD au Robillard en 1958.

Merci à toutes celles et ceux qui ont contribué à la réussite de cette journée.

Des nouvelles de l’exploitation durant l’été 2020

Un été calme au Centre Équestre

L’été a été plutôt calme à l’écurie. En effet, la colonie de la Garde Républicaine n’est pas venue cette année à cause de la situation COVID. La plupart des équidés sont partis travailler dans d’autres Centre Equestre. Seulement cinq d’entre eux sont restés au Robillard où ils ont passé l’été au pré. La jument Idéale a profité de l’été pour prendre sa retraite bien mérité !

Des récoltes au beau fixe 

Les récoltes de l’été se sont très bien passées. Merci aux salariés de la ferme et à nos voisins avec lesquels nous pratiquons de l’entraide. Le foin, l’enrubannage et l’orge sont bien stockés pour nourrir nos vaches cet hiver. Le blé et le colza ont déjà été en partie vendus. Le reste de blé sera vendu dans l’année en fonction du cours du marché.

L’herbe repousse pour les vaches

Nos vaches normandes se portent bien malgré la sécheresse qu’elles ont subi cet été. Avec les pluies de la fin du mois d’août, l’herbe a finalement réussi à repousser ! La saison des vêlages d’automne commence et la nurserie se remplit de nouveau.

Du cidre à distillé cet automne

Le cidre demi sec de l’automne dernier qui est déjà en bouteilles attend d’être dégusté ! Le reste de notre cidre sera distillé cet automne pour produire du calvados. Nous commençons déjà à préparer la récolte des pommes pour cet automne.

Et depuis le 1er septembre, les apprenants reviennent sur l’exploitation… Une belle rentrée à la ferme et sous le soleil !

Samedi 5 septembre : inscriptions des cavaliers extérieurs au centre équestre du Robillard

Ce samedi 5 septembre, de 9h à 12h, auront lieu les inscriptions des cavaliers extérieurs au centre équestre du Robillard !
Pour vous inscrire, rendez-vous directement au centre équestre (Le Robillard – Lieury- 14170 Saint Pierre sur Dives) aux horaires prévus.

Diverses formules sont proposées : des leçons uniques, des leçons à l’année, des stages, des concours… ouverts aux enfants (-12 ans), aux jeunes et aux adultes.
Une tarification réduite est appliquée pour les leçons poney (-12 ans) ainsi que pour les scolaires (+12 ans, étudiants, stagiaires CFPPA).

Pour toute demande d’information :
06 64 31 89 02
centre.equestre@le-robillard.fr

Des nouvelles de l’exploitation et du centre équestre durant le confinement

Bien que notre établissement soit fermé au public et qu’une grande partie de nos salariés soient en télé-travail depuis plusieurs semaines, la vie poursuit son cours sur l’exploitation et au centre équestre. On vous donne quelques nouvelles !

Des nouveautés sur l’atelier lait

À mille lieux d’imaginer le confinement, nos belles vaches normandes et leurs filles ont profité du beau temps des mois de mars et avril pour sortir et réinvestir leurs pâturages. Elles profitent de l’herbe riche et tendre du printemps, dans la douceur du bocage du Pays d’Auge. Cette douceur se répand aussi dans la stabulation de la ferme où la dernière nouveauté du Robillard a vu le jour le mois dernier : cinq vaches nourrices s’occupent à présent de nos petits veaux. Ainsi chouchoutés, ils grandissent vite. C’est chaque jour un ballet incessant de folles courses, de siestes dans la paille fraîche et de festins de lait.

Pas de trêve pour les cultures

Pendant que nos vaches pâturent paisiblement et que leurs veaux se régalent, l’activité bat son plein dans nos parcelles de la plaine de Caen. L’orge et le blé ont reçu soleil, eau et engrais. Ils croissent à merveille ! Le colza en revanche subit les attaques des pucerons cendrés. Pour préserver les ruches avoisinantes, nous n’avons pas encore pu le traiter. Enfin, les betteraves et le maïs ont bien été semés et pointent déjà le bout de leur nez.

Le printemps au verger

Les vergers profitent aussi de cette météo clémente. La pluie et le soleil ont fait fleurir les pommiers. Les bourgeons éclatent, fragiles éclaireurs de la récolte à venir, ils frémissent légèrement dans la crainte d’éventuelles gelées tardives. Bien à l’abris des éléments dans les cuves de l’atelier cidricole, les levures, quand à elles, continuent leur minutieux travail. Le cidre à distiller doit encore attendre quelques temps avant de passer dans l’alambic, mais le cidre brut sera bientôt prêt à être embouteillé. Le cidre demi sec, quand à lui, est déjà dans les bouteilles et ses fines bulles sont prêtes à régaler vos palais pour cet été !

La vie suit son cours au centre équestre

Pendant le confinement, la règle d’or au Robillard est de respecter et de jouer la carte du Bien Etre Animal. Les chevaux et les poneys profitent du printemps et cohabitent à l’herbe, mais à n’en pas douter ils seront ravis de retrouver les attentions bienveillantes de leurs cavaliers.

Prenez soin de vous et de vos proches ! On s’occupe de remplir vos verres et vos assiettes, et de veiller sur les animaux.

« Transformations du travail et Transitions vers l’Agro-Ecologie » : restitution régionale par le Réseau des CIVAM normands le Mardi 7 avril 2020

Affiche "Mardi 7 avril 2020 : restitution régionale "Transformations du travail et Transitions vers l'Agro-Ecologie" par le Réseau des CIVAM normands"

Le mardi 7 avril prochain, le Robillard a le plaisir d’accueillir le Réseau des CIVAM normands pour un après-midi sur le thème des « Transformations du travail et Transitions vers l’Agro-Ecologie ».

En effet, le Réseau des CIVAM normands organisera une restitution régionale des travaux réalisés dans le cadre du projet CASDAR : TransAE. Ce projet réunit depuis 2016, près de 90 personnes, agriculteur.trices, animateur.trices, enseignant.es, chercheur.ses dans un même dispositif d’expérimentation d’outils, méthodes et postures d’accompagnement mobilisant le travail.

Lors de la restitution, les questions suivantes seront abordées :

  • En quoi le travail est-il une porte d’entrée pertinente pour initier et accompagner la transition des personnes et des collectifs vers une agriculture + durable ?
  • Quels outils et méthodes pour accompagner sur les questions liées au travail sur les exploitations ?
  • Comment donner une place au travail en formation initiale ?
  • A quoi ressemble le travail dans les systèmes de production privilégiant le pâturage ?

Au programme :

  • Le témoignage de deux agriculteurs impliqués dans le projet et de l’animateur accompagnateur
  • Une intervention de Xavier Coquil, chercheur INRA à l’UMR 1273 Territoires (Theix) et Jean-Marie Lusson, animateur du projet
  • Des ateliers introduisant des outils pour aborder les dimensions du travail (pour les agriculteurs et futurs agriculteurs, les enseignants/formateurs mais aussi les animateurs et conseillers)

Pour s’inscrire ou obtenir toute information complémentaire, adresser un mail à : paul.barth@civam.org

Jeudi 5 Décembre au Robillard : 1ère Journée Vie du Sol !

Une journée complète sur la Vie du Sol  au Robillard a mobilisé les établissements d’enseignement agricole bas normands et les agriculteurs du Calvados et l’Orne.

Depuis près d’un an  et demi,  les BTS APV du lycée et du CFA se penchent sur la vie du sol. Rendez-vous avait été pris début juillet pour ce début décembre pour restituer les travaux réalisés par les 2 groupes de BTS APV2 du Lycée  et du CFA et leurs enseignant(e)s.
Le projet a démarré avec  une mise en situation de techniciens chez un  agriculteur partenaire du projet GIEE, Damien Pluet, pour un essai couverts végétaux avec l’évaluation de la biomasse et e la quantité des éléments fertilisants absorbés selon la méthode MERCI. Puis les 2 groupes de BTS ont été répartis entre le groupe GIEE ASV et le  groupe Dephy CIVAM de la Rouvre du secteur de Briouze.
Forte de l’expérience dans le cadre du GIEE biodiversité et du travail mené sur les carabes, l’équipe pédagogique s’est lancée sur un nouveau projet GIEE. La décision a été prise de se pencher sur la fertilité des sols en réalisant la méthode des slips canadiens; la méthode a tout d’abord été testée sur les parcelles du lycée pour être ensuite appliquée chez les 11 agriculteurs partenaires. Pour mieux comprendre les résultats, les étudiants répartis par sous-groupes de 3 à 4 ont échangé avec les agriculteurs partenaires et réalisé des enquêtes sur le fonctionnement global de leur exploitation et sur leur approche de la biodiversité et de leur perception de l’environnement mais aussi sur leurs pratiques et sur le fonctionnement des systèmes de cultures.
Depuis la rentrée, les slips mis en place sur 3 parcelles par exploitant et à raison de 3 par parcelle ont été déterrés, et les résultats ont été analysés.
En ce début décembre, l’heure était à la synthèse et la présentation des résultats.
Grâce à une action de communication importante, les étudiants ont fait carton plein le matin pour la conférence à l’amphi du lycée du Robillard, avec plus de 400 personnes, scolaires et agris présents. Le sujet mobilise: tous se demandent  comment trouver les  compromis et mettre en œuvre des pratiques plus respectueuses de l’environnement et comment aller  vers une logique d’agriculture de conservation. L’agriculteur du secteur d’Amiens, Emeric Heurtaux de l’association Hum’s, a littéralement subjugué étudiants et agriculteurs en leur rappelant les bases de l’agronomie et du bon sens agricole.

L’après-midi a été organisé en ateliers à la ferme du Lycée; près de 450 personnes ont découvert ces ateliers, dont 10 classes d’établissements d’enseignement agricole  normands  extérieurs (Coutances, Sées, Vire, Le Neubourg, Giel,  Maltot) en plus des classes de bac pro du lycée et CFA du Robillard; les agriculteurs présents ont libéré un peu de temps pour venir ; certains avaient même semé la nuit pour profiter du gel et de la portance des sols et se libérer.
L’ensemble des BTS APV2 étaient répartis entre 13 ateliers qu’ils animaient (présentation des méthodologies employées et restitution de leur travail d’enquêtes sur les 11 exploitations et sur les parcelles desquelles ils avaient enterrés des slips au mois de mai avant leur départ en stage selon la méthode des slips canadiens ; ils avaient également évalué le potentiel des sols (méthode bêche, mesure pH, évaluation de la MO).
Chaque groupe visiteur avait été réparti et avait l’opportunité d’assister à 4 ateliers puis faire le tour des autres et découvrir le matériel (semoirs) utilisé par les agris en agriculture de conservation présenté sur la ferme.

Le travail n’est pas fini pour les BTS avec un travail complémentaire d’approche globale et un diagnostic de durabilité des exploitations, puis diagnostic des systèmes de cultures (SDC) avec proposition d’évolution de SDC par groupes de 3 ou 4; ce travail donne lieu à 2 évaluations en contrôle continu (travail qui se finalisera au mois de mars); c’est donc un travail de longue haleine démarré en septembre  2018 avec le travail  commun des BTS APV lycée + CFA sur les couverts en interculture chez D Pluet que la promotion 2020 amené et  qui sert de fil conducteur  pour les cours d’agronomie et de systèmes de cultures.
La  poursuite du partenariat est en cours de réflexion : poursuite du travail sur l’évaluation de la fertilité des sols et leur état organique impliquant la promotion suivante.

Article rédigé par N Marquet enseignante en BTS APV du lycée et  Amélie Lallier, enseignante en BTS APV du CFA