Sortie « Agriculture et Gaz à effet de serre » avec les Premières CGEA option Grandes cultures

Description de la conduite de la féverole d'hiver.
Prélèvement d'échantillons.
Présentation de l'agriculture de conservation.
Réglage du semoir de semi direct.
Prélèvement de couverts végétaux.
Mise à l'étuve des échantillons.

Dans le cadre du module « Agriculture et Gaz à effet de serre », les élèves de premières CGEA option Grandes cultures sont allés à la rencontre de deux agriculteurs du Calvados le 14 janvier 2020.

Deux thèmes au programme :

  • la conduite de la féverole d’hiver,
  • l’agriculture de conservation et la séquestration du carbone dans les sols.

Quentin OUIN, jeune agriculteur installé à Courcy, leur à présenté la culture de la féverole d’hiver.

Cette légumineuse, grâce à ses nodosités, ne nécessite aucune fumure minérale azotée. A l’échelle de l’assolement, son autonomie azotée limite donc la production de protoxyde d’azote : premier gaz à effet de serre issu des grandes cultures.

De plus, son cycle de développement la rend moins sensible à la coulure ou à l’échaudage que la féverole de printemps : sa floraison plus précoce est en effet une stratégie d’évitement de ces deux contraintes. Enfin, sa valorisation en alimentation animale limite le recours au soja étranger. Ce fut également l’occasion d’échanger sur la fertilité des sols avec une prise d’échantillon pour une analyse de terre.

Bertrand  Beaunieux, agriculteur à Moulines, a présenté les raisons de la conversion de son exploitation à l’agriculture de conservation.

Après une présentation détaillée du fonctionnement du semoir de semis direct ; le fils Louis, élève au Robillard, a réglé avec ses camarades le semoir en vue de l’implantation d’une orge de printemps. La journée s’est terminée par des prélèvements de couverts végétaux (Vesce, Trèfle d’Alexandrie, Sarrasin, Radis chinois, Phacélie, Tournesol, Avoine) afin de calculer leur valeur agronomique à l’aide de la méthode MERCI (Méthode d’Estimation de la Restitution des éléments minéraux par les Cultures Intermédiaires).

Un grand merci à ces agriculteurs pour leur disponibilité et la qualité de leurs interventions qui seront mises à profit dans la suite des enseignements.

Rédactrice : Michèle Ridolfi, enseignante d’Agronomie.

Découvrez le Bac CGEA option Grandes cultures : https://le-robillard.fr/lycee/bac-pro-cgea-grandes-cultures/